Le nouveau Roland-Garros

Depuis maintenant six ans, le Groupe Essor accompagne la Fédération Française de Tennis (FFT) pour mener à bien la modernisation du Stade de Roland-Garros.
Le Tournoi Parisien a entamé une nouvelle ère avec l’inauguration de plusieurs courts, dont un Central rénové. Si les travaux ne seront complètement terminés que dans deux ans, les spectateurs s’approprient déjà les lieux !

Cette année, le public a découvert le nouveau Court Central Philippe  Chatrier entièrement reconstruit, après un chantier de déconstruction-reconstruction de trois tribunes et la refonte complète de la quatrième tribune.
Plus haut, plus large, plus moderne, 10 mois de travaux titanesques auront été nécessaires pour ce lifting. Au plus fort des travaux, 5 grues alimentaient quatre sous-chantiers autonomes qui tournaient en trois huit, week-ends compris. 
Les équipes d’Essor ont assuré le suivi administratif et contractuel de cette phase majeure du chantier.

« La Renaissance du Court Philippe Chatrier » en vidéo : 

À l’ouest du stade, le Fond des Princes héberge désormais quatre nouveaux courts de compétition et deux courts d’entraînement. Les espaces extérieurs de déambulation des publics ont été entièrement repensés. À proximité immédiate du Court Suzanne Lenglen, cet espace permet aux spectateurs d’être au plus près des joueurs, notamment pendant la semaine de qualification, lors de la première partie du tournoi et pour les matchs de double, de juniors et d’handisport.

Enfin, cette année a été marquée par l’ouverture de l’ensemble des aménagements du jardin des Serres, et notamment le nouveau Court Simonne-Matthieu.

À quelques dizaines de mètres à l’est du Central, ce court de Tennis atypique, semi-enterré, est environné de serres de présentation de végétaux rares issus du Monde entier. Ils forment un écrin autour des joueurs comme des spectateurs.

Les équipes d’Essor ont œuvré pour que ce nouvel ensemble architectural soit totalement opérationnel pour le tournoi, s’ajoutant ainsi aux espaces de restauration et d’accueil du public des bâtiments meulières livrés en 2018.